Archive | juillet, 2014

Réunion constitutive du groupe d’amitié UE-Maroc

18 Juil

Gilles Pargneaux a réuni le groupe d’amitié UE-Maroc pour la première fois depuis les élections européennes du 25 mai 2014.

Cette réunion a été l’occasion de former un nouveau bureau et de présenter les ambitions et la philosophie du groupe d’amitié UE-Maroc aux nouveaux députés européens.

Pour rappel, le groupe d’amitié UE-Maroc a été créé le 22 juin 2011 à l’initiative de Gilles Pargneaux. Ce groupe est né de la prise de conscience de la spécificité du Maroc.

Dans le tumulte des révolutions arabes, le Maroc a en effet mené une révolution tranquille, une révolution constitutionnelle à l’initiative du roi Mohamed VI en mars 2011. Il faut bien avoir en tête l’intérêt de l’initiative royale qui a permis de répondre rapidement aux préoccupations de la population.

La nouvelle Constitution renforce ainsi le pouvoir du Parlement, a permis de nommer le premier ministre en fonction des élections législatives, prévoie une très large décentralisation avec le processus de régionalisation avancée… Bref, une constitution moderne et démocratique.

Cette constitution est le fruit d’un processus plus long de transition démocratique au Maroc. Cela n’a d’ailleurs pas échappé à l’Europe qui a accordé un Statut avancé au Royaume du Maroc dès 2008.

Pourtant, trop souvent nos relations européennes avec le Maroc sont souvent gênées par le conflit du Sahara occidental. Ce conflit occulte malheureusement les avancées démocratiques marocaines.

Gilles Pargneaux a donc décidé de créer ce forum d’échange, de rencontre entre hommes politiques et représentants associatifs européens et marocains pour faciliter la connaissance mutuelle et fluidifier nos relations.

Le Maroc s’engage dans la lutte pour les droits des enfants

4 Juil

Le Maroc a récemment été nommé membre de la commission des Droits de l’Enfant au sein de l’Organisation des Nations Unies.

Cette élection souligne l’engagement marocain en faveur du développement du droit international pour la protection des enfants et sa reconnaissance par la communauté internationale.

C’est un bon signe pour le Maroc qui poursuit son renforcement de l’Etat de droit au sein de ses frontières.