Archive | avril, 2015

Lettre ouverte au Secrétaire Général de l’ONU Ban Ki-Moon

29 Avr

Mr. Ban Ki-moon

Secretary-General

United Nations

New York, NY 10017

 

Brussels, April 27th, 2015,

 

Dear Secretary-General,

 

In a few days, the United Nations Security Council will examine your report (S/2015/246) on the situation regarding Western Sahara and decide on the opportunity to renew the MINURSO mission mandate until 30th April 2016.

 

The situation in Western Sahara is a cause of particular concern for the European Union, especially in light of the challenging circumstances currently witnessed in the Sahel region.

 

As members of the European Parliament, we closely monitor the developments in Western Sahara and commend the tireless efforts of your High Representative to find a peaceful and negotiated solution to this 40 years long conflict.

 

We fully support your report’s recommendations and equally salute the efforts made by the Kingdom of Morocco, as part of the ambitious reform programme deriving from the 2011 Constitution, to strengthen the protection of human rights in the region, including through the opening of National Human Rights Council offices in Laayoune and Dakhla; the adoption of the new Code on Military Justice and accession to the Optional Protocol to the Convention against Torture and Other Cruel, Inhuman or Degrading Treatment or Punishment. These progresses were equally saluted by the European Union on the occasion of the December 2014 EU-Morocco Association Council[1] as well as in the 2014 report examining progresses made by Morocco in implementing its commitments as part of the EU-Morocco Association Agreement.[2]

 

As expressed to our Moroccan interlocutors on various occasions, we very much encourage Morocco to pursue and accelerate this path of reforms and will continue to assist the Moroccan authorities in this endeavour. We equally call upon all other parties to live up to their responsibilities to find a negotiated solution to a conflict that inflicts severe humanitarian strains on the population of the Tindouf camps and their families.

 

In this respect, we share the concerns expressed in your report regarding the distressing conditions in which these refuges live. We are convinced that the first necessary step in addressing their plight is to carry out the long overdue census of the camps populations. It is especially important at a time when the EU and all other major international humanitarian aid donors are confronted to an unprecedented number of humanitarian crises around the world, putting an unbearable strain on their humanitarian aid budgets. This situation is forcing the EU to proceed to a difficult arbitration among its humanitarian assistance priorities. As elected officials, it is our duty to ensure that our aid is proportionate to needs in the camps while benefiting refugees in full. The embezzlement of EU humanitarian aid assistance to the Tindouf refugee camps recently uncovered by the European Anti-Fraud Office is a grave cause of concerns,[3] which, in a situation of generalized budgetary austerity, can hardly be justified to European taxpayers. The Olaf investigation was completed in 2007. This investigation uncovered serious, substantial and long lasting embezzlements of EU Humanitarian Aid funds allocated to the Tindouf refugee camps. Among other findings, the report finds that absence of a registration of the Tindouf camp population, for decades, constitutes the single most determinant factor which has rendered the aid embezzlement possible. In doing so, it echoes the concerns previously expressed by the UN.[4]

 

 

We therefore urge the UN Security Council to support your report recommendation for a 12 months extension of the MINURSO mandate under the same terms and conditions as the one it operated by in 2015 and to request that all parties to the conflict make it possible for a census of the Tindouf camps population to be carried out with no further delays.

 

Yours sincerely

 

Signatories

 

Gilles PARGNEAUX (S&D/France)

Ingeborg GRÄSSLE (PPE/Germany/Chair of the budgetary control committee)

Ioan Mircea PASCU (S&D/Romania/Vice-president of the European Parliament)

Ana FOTYGA (ECR/Poland/Chair of the Security and Defense subcommittee)

Cristian Dan PREDA (PPE/Romania/Foreign affairs coordinator)

Rachida DATI (MEP/PPE/France)

Robert ROCHEFORT (ALDE/France)

Frédérique RIES (ALDE/Belgique)

Emilian PAVEL (S&D/Romania)

Siôn SIMON (S&D/United Kingdom)

 

 

[1] Council of the European Union, 16443/14/M1 21; 15 December 2014

[2] Mise en oeuvre de la politique européenne de voisinage au Maroc. Progrès réalisés en 2014 et actions à mettre à œuvre, SWD (2015) 70 final

[3] OF/2003/0521

[4] UNHCR Inspector General’s Office, Inquiry Report INQ/04/005, Geneva, 12 May 2005.

Le Parlement européen se prononce sur les détournements de l’aide humanitaire dans les camps de Tindouf

29 Avr
Je suis très satisfait du résultat du vote du Parlement européen sur les détournements de fonds dans les camps de Tindouf. Le Parlement européen a clairement dit non aux détournements de fonds de Tindouf, non à ceux qui s’enrichissent sur le dos des réfugiés.
 
Le texte adopté est très clair : la situation des réfugiés dans les camps de Tindouf n’a que trop duré, les personnes incriminées dans ces détournements doivent être exclus du circuit de l’aide humanitaire et la Commission européenne doit améliorer ses contrôles pour que l’aide humanitaire bénéficie aux réfugiés et non à certains membres des autorités gestionnaires du camp. 
 
Il n’a pas été question de supprimer ni de diminuer l’aide dans les camps de Tindouf, mais il convient de connaitre au mieux le nombre de réfugiés afin d’adapter notre aide. Il faut d’autant plus noter que ces estimations de la Commission datent désormais de plus de 8 ans. Il était très important que le Parlement européen ne considère pas cette affaire comme résolue. C’est chose faite : une majorité de députés européens a soutenu la position du groupe d’amitié Union européenne-Maroc qui s’était fortement mobilisé sur la question.
 
La situation à Tindouf crée aujourd’hui la désespérance et le ressentiment des jeunes dans ces camps, des jeunes qui constituent par la suite le terreau fertile de l’extrémisme du fait de la proximité d’AQMI et du groupe terroriste de Mokhtar Belmokhtar dans la région. C’est pour cette raison que le Parlement européen doit peser de tout son poids politique en faveur d’un recensement et d’une solution politique et durable au Sahara occidental. C’est ce que le groupe d’amitié Union européenne-Maroc s’attelle à construire pierre après pierre.

Mission du groupe d’amitié UE-Maroc à Rabat et Laâyoune du 8 au 10 avril 2015

7 Avr

Du 8 au 10 avril 2015, une délégation européenne menée par Gilles Pargneaux, président du groupe d’amitié Union européenne-Maroc, se rendra à Rabat et à Laâyoune. À cette occasion, Gilles Pargneaux a déclaré :

« Cette mission parlementaire européenne est composée de députés européens de toutes tendances politiques confondues. Il s’agira pour la délégation de s’entretenir avec les personnalités politiques et associatives marocaines des grandes problématiques de la relation entre l’Europe et le Maroc.

Les récents rapports de suivi de la politique européenne de voisinage soulignent une fois de plus la relation particulière et d’excellence qui lie les deux rives de la méditerranée et dont le statut avancé est le meilleur symbole. Il est très important pour les députés européens d’avoir une vision concrète des avancées démocratiques et économiques du Maroc et de constater les nombreux domaines où l’Europe accompagne financièrement le Royaume du Maroc.

Le Sahara sera également au centre de nos échanges car nous nous rendrons à Laâyoune. Un récent rapport de l’OLAF (Office européen de lutte antifraude), mis en lumière par le Parlement européen, a jeté à nouveau une lumière crue sur l’impasse de ce conflit et sur les dérives qu’il peut engendrer, notamment dans le détournement de l’aide humanitaire européenne dans les camps de Tindouf.

Entre risques de fraude à Tinfouf et risques terroristes plus au sud avec AQMI, le Parlement européen doit s’engager en faveur d’un règlement du conflit du Sahara occidental et c’est ce que je souhaite favoriser en tant que président du groupe d’amitié UE-Maroc.

Le Maroc est une vitrine démocratique pour le monde arabe. Nous devons n’avoir de cesse de le mettre en exergue ici en Europe »