Tag Archives: Pargneaux

Le Maroc est un partenaire clé et stratégique pour l’UE : courrier à Federica Mogherini

21 Fév

courrier-mogh-page-2-20022017 courrier-mogh20022017Après les récentes évolutions juridiques entre l’UE et le Maroc, qui se sont d’ailleurs finalisées par l’annulation de l’arrêt de la Cour de Justice de l’Union européenne, j’ai voulu interpeller la Haute Représentante de l’Union pour les affaires extérieures sur la place stratégique du Maroc pour l’Union européenne.

Dans cet article, vous pourrez consulter publiquement le courrier que je lui ai addressée.

Annulation de l’arrêt du tribunal de la CJUE sur l’accord agricole UE-Maroc – reaction de Gilles Pargneaux

21 Déc

Gilles Pargneaux, député européen et Président du groupe d’amitié Union européenne-Maroc, a souhaité réagir à la décision de la Cour de Justice de l’Union européenne (CJUE) d’annuler l’arrêt remettant en cause l’accord agricole entre l’Union européenne et le Royaume du Maroc :

 

« C’est une excellente nouvelle pour l’Europe et le Maroc. Je salue cette triple victoire.

Une victoire qui va d’abord conforter les relations économiques entre l’Union européenne et le Royaume du Maroc dans le cadre de l’accord agricole. Celui-ci va permettre tant aux marocains qu’aux européens de développer leurs activités dans le domaine agricole et d’ouvrir ainsi un marché prometteur d’avenir. Cette décision juridique c’est donc du concret pour les emplois tant en Europe qu’au Maroc.

Il s’agit aussi d’une victoire qui va renforcer notre partenariat indispensable avec le Maroc. Outre le domaine essentiel de l’agriculture,  notre relation avec le Maroc c’est également la coopération sécuritaire, le développement économique et celui de l’emploi. Là aussi, nous avons besoin d’accroître notre relation dans ces domaines, ce que cette décision permettra de conforter. C’est ce qu’il faut retenir de cette décision : le partenariat euro-marocain est porteur d’avenir.

Enfin, c’est aussi une victoire politique face à ceux qui conteste la place du Sahara sous l’égide du Royaume du Maroc. La Cour refuse en effet au Polisario le droit de représenter une hypothétique entité autonome au Sahara et rappelle le droit international : c’est dans le cadre de l’ONU que les négociations pourront se faire, notamment sur la base de la proposition marocaine d’autonomie. Cette décision dès lors consolide la place de l’Europe comme facilitateur afin de permettre cette issue favorable qu’est la solution d’autonomie proposée par le Royaume du Maroc, sous l’égide de l’ONU et de son nouveau Secrétaire général Antonio Guterres.

Il s’agit maintenant de mettre fin à 40 ans de conflits et ainsi de faire en sorte que la proposition d’autonomie du Sahara au sein du Royaume du Maroc mise en avant par Sa Majesté le Roi Mohamed VI devienne une réalité et permette la réconciliation de toutes et tous.

 

Réaction de G. Pargneaux aux conclusions de l’avocat général sur l’accord agricole UE-Maroc

13 Sep

L’avocat général de la Cour de Justice de l’Union européenne (CJUE) a aujourd’hui rendu ses conclusions sur l’arrêt de la CJUE relatif à l’accord agricole UE-Maroc. Gilles PARGNEAUX, député européen, a souhaité réagir :

« Les conclusions de l’avocat général sont claires et nettes : l’arrêt de la Cour de Justice doit être rejeté. La plainte du Polisario est irrecevable. C’est la principale information qu’il faut retenir des conclusions de M. Melchior Watelet.

L’irrecevabilité estimée par l’avocat général est une bonne nouvelle : le Front Polisario est loin d’être l’unique représentant du peuple sahraoui.

Désormais, la décision finale appartient aux 18 juges de la Cour qui se réuniront dans les deux prochains mois.

Il est temps de mettre une fin à cette affaire qui empoisonne nos relations avec un partenaire majeur comme le Maroc. Coopération sécuritaire, partage de renseignements, partenariat pour le développement économique, coopération énergétique, lutte contre le changement climatique, voilà les thématiques qui devraient bien plus être au cœur de notre projet commun pour l’Europe avec le Royaume du Maroc. »

 

La bonne relation UE-Maroc

1 Oct

10703995_318068888376656_6804296294385386236_nLes députés européens ont auditionné hier le futur commissaire à la politique de voisinage et aux négociations d’élargissement, l’autrichien Johannes Hahn.

L’importance du voisinage sud de l’Union européenne a été rappelée par plusieurs députés européens, propos que je soutiens pleinement. Je souscris notamment aux propos du commissaire lorsqu’il cite Maroc comme l’un de nos partenaires exemplaires. Les valeurs démocratiques que l’Europe et le Maroc partagent permettent une intensité plus forte dans notre relation politique et économique.

La Politique Européenne de Voisinage a créé le concept More for More : plus les avancées démocratiques sont importantes, plus notre relation s’approfondit. Le Maroc est l’un des pays pour lequel ce nouvel aspect de la politique de voisinage a le mieux fonctionné. C’est un signal très positif pour tous les efforts entrepris par le Royaume du Maroc en faveur de l’Etat de droit et son développement économique et social depuis le début des années 2000.

Au moment où l’hiver s’installe durablement dans les pays des printemps arabes, il était important que la Commission européenne rappelle la spécificité du Maroc et de sa relation avec l’Union européenne.

Mission parlementaire européenne au Maroc

30 Sep

Après la reconstitution du groupe d’amitié UE-Maroc, c’est maintenant au tour du travail de terrain de reprendre.

J’ai ainsi pris l’initiative, en partenariat avec le Dr Mohamed Cheikh Biadillah, d’organiser une mission parlementaire européenne au Maroc. Plusieurs députés européens ont déjà manifesté leur intérêt pour une telle mission, ce dont je me félicite. Il est important que, dès la reprise du nouveau Parlement européen, la problématique des relations euro-marocaines soit prise à bras le corps. Ce voyage sera l’occasion pour notre délégation d’avoir une image très concrète de la réalité politique et social du Royaume du Maroc mais aussi d’aborder les grands sujets euro-marocains, le traité de libre échange approfondie notamment. Des échanges riches et intéressants sont en perspective.

Notre délégation se rendra donc à Rabat du 27 au 30 octobre prochain.

Réunion constitutive du groupe d’amitié UE-Maroc

18 Juil

Gilles Pargneaux a réuni le groupe d’amitié UE-Maroc pour la première fois depuis les élections européennes du 25 mai 2014.

Cette réunion a été l’occasion de former un nouveau bureau et de présenter les ambitions et la philosophie du groupe d’amitié UE-Maroc aux nouveaux députés européens.

Pour rappel, le groupe d’amitié UE-Maroc a été créé le 22 juin 2011 à l’initiative de Gilles Pargneaux. Ce groupe est né de la prise de conscience de la spécificité du Maroc.

Dans le tumulte des révolutions arabes, le Maroc a en effet mené une révolution tranquille, une révolution constitutionnelle à l’initiative du roi Mohamed VI en mars 2011. Il faut bien avoir en tête l’intérêt de l’initiative royale qui a permis de répondre rapidement aux préoccupations de la population.

La nouvelle Constitution renforce ainsi le pouvoir du Parlement, a permis de nommer le premier ministre en fonction des élections législatives, prévoie une très large décentralisation avec le processus de régionalisation avancée… Bref, une constitution moderne et démocratique.

Cette constitution est le fruit d’un processus plus long de transition démocratique au Maroc. Cela n’a d’ailleurs pas échappé à l’Europe qui a accordé un Statut avancé au Royaume du Maroc dès 2008.

Pourtant, trop souvent nos relations européennes avec le Maroc sont souvent gênées par le conflit du Sahara occidental. Ce conflit occulte malheureusement les avancées démocratiques marocaines.

Gilles Pargneaux a donc décidé de créer ce forum d’échange, de rencontre entre hommes politiques et représentants associatifs européens et marocains pour faciliter la connaissance mutuelle et fluidifier nos relations.

Interview par le magazine 360 : le rôle du groupe d’amitié UE-Maroc

8 Avr

Echange-Maroc-UELe360: Le dossier du sahara revient, chaque mois d’avril, sur le devant de la scène internationale. Faut-il s’attendre à tes nouveautés cette année ?

Gilles Pargneaux: C’est simple. De nombreux eurodéputés et notre groupe d’amitié UE-Maroc soutiennent le plan d’autonomie. Nous voulons que les provinces du sud puissent retrouver un statut. Il s’agit de donner un statut au sahara pour sécuriser l’ensemble de la région. Les populations au sahara ne sont pas livrées à elles-mêmes comme à Tindouf. Les islamistes d’Al Qaida qui ont fui l’Algérie ont créé un mouvement mafieux dans le sud de l’Algérie et au Sahel. Le trafic d’armes et de drogue nourrit leur existence. Il est impossible de voir le polisario à la tête d’un Etat au Sahara.

Pensez-vous que le plan d’autonomie doit être mis en oeuvre, sans attendre le train de l’autre partie ?

Le dossier de la régionalisation est important. Il faut l’appliquer sans tarder. On est sur un petit volcan au Sahara et au Sahel. Nous souhaitons vivement construire l’Union du Maghreb. Sachez que cette désunion pénalise la région d’environ 1,5 point de croissance.

L’Algérie instrumentalise les droits de l’homme pour tromper l’opinion internationale

L’Algérie ne respecte pas les droits de l’homme. Elle doit impérativement améliorer sa situation en la matière. On aimerait une évolution démocratique dans ce pays. Regardez ce qui se passe pour l’élection présidentielle. Abdelaziz Bouteflika est un candidat fantôme qu’on voit partout, notamment sur les affiches publicitaires.

Le Maroc a-t-il progressé au niveau démocratique ?

Le Maroc fait d’énormes progrès. La constitution est démocratique. Le roi initie les réformes. Au Maghreb, le Maroc est un exemple, la Tunisie est sur le bon chemin et l’Algérie est recroquevillée sur elle-même. Je souhaite que le président français soit de plus en plus explicatif sur l’Algérie.

Quel est l’avenir du partenariat Europe-Maroc?

L’Europe est optimiste et veut faire du partenariat avec le Maroc un modèle. Le Maroc s’est engagé dans un partenariat stratégique avec le continent noir. Nous voulons passer à une vitesse supérieure. L’Europe n’a pas de choix, sinon elle va céder la place à des concurrents à l’image de la Chine, l’Inde et l’Amérique du sud.

Le Président du groupe d’amitié UE Maroc interpelle la Commission européenne sur les exactions du Polisario

25 Mar

Article publié dans Le Matin

L’eurodéputé socialiste français, Gilles Pargneaux, a interpellé la Commission européenne au sujet des violations graves des droits de l’Homme dans les camps de Tindouf en Algérie et des dérives intolérables des dirigeants du «polisario».

De plus en plus d’exactions sont commises par des responsables du front du polisario en toute impunité à l’encontre des populations des camps de Tindouf, souligne le parlementaire européen dans une question écrite à l’adresse de la chef de la diplomatie de l’UE, Catherine Ashton. Pour preuve, ajoute l’eurodéputé, la chaîne de télévision «Laâyoune-TV» a diffusé le témoignage d’une femme sahraouie qui a révélé à visage couvert le viol qu’elle a subi dans un camp de réfugiés par l’ex-ministre de la Justice du «polisario».

Face à ces dérives intolérables, quelles mesures concrètes compte prendre la haute représentante de l’UE pour les Affaires étrangères et la Politique de sécurité pour mettre un terme définitif à ces violations graves des droits de l’Homme dans les camps de Tindouf ?, s’interroge Pargneaux.

La Commission européenne ne devrait-elle pas envisager que l’aide humanitaire soit distribuée directement aux familles sahraouies nécessiteuses et non plus aux autorités corrompues du polisario qui en disposent à leur guise, se demande encore l’eurodéputé. Pargneaux avait demandé en février dernier à Ashton Ashton si elle compte mener une enquête sur l’assassinat par l’armée algérienne de deux commerçants sahraouis à la frontière entre l’Algérie et la Mauritanie.

Suite aux enquêtes de l’Office européen de la lutte antifraude (OLAF) qui ont démontré des fraudes dans l’attribution de l’aide européenne destinée aux populations des camps de Tindouf, l’eurodéputé avait également interrogé la Commission européenne sur les dispositions qu’elle prend pour s’assurer que cette aide parvienne bien à ses bénéficiaires.

Article dans le matin : Un eurodéputé se félicite de l’appui américain

24 Jan

Gilles Pargneaux se félicite de l’appui américain au développement des provinces du Sud. Le Maroc se voit ainsi, offrir une opportunité d’inclure la région du Sahara dans sa demande de bénéficier de la deuxième tranche du programme MCA.

Le président du Groupe d’amitié Maroc-UE au Parlement européen, Gilles Pargneaux, s’est félicité de l’adoption par le Congrès américain de la loi de Finances 2014 qui prévoit pour la première fois des fonds pour le financement de projets de développement dans les provinces du sud du Royaume.

«Je me réjouis du fait que le Président américain Barack Obama ait signé le document portant promulgation de la loi de finances au titre de l’année 2014 et qui prévoit une aide pour le financement de projets de développement dans les provinces du sud du Maroc», a affirmé, jeudi, Pargneaux dans un communiqué.

En adoptant cette loi de finances, le Congrès américain concrétise un engagement pris par S.M. le Roi Mohammed VI et le Président Barack Obama qui ont convenu lors de leur rencontre le 22 novembre dernier à Washington, d’œuvrer à l’amélioration des conditions de vie des populations des provinces du Sud du Maroc et à travailler ensemble pour poursuivre la protection et la promotion des droits de l’Homme dans la région, a ajouté l’eurodéputé socialiste français.

Pargneaux a fait observer que l’actuelle loi de finances exprime ainsi un soutien significatif clair de la part de l’Administration américaine vis-à-vis du plan marocain d’autonomie au Sahara, sous souveraineté marocaine, que Washington avait déjà qualifié de ‘sérieux, réaliste et crédible».

Et de conclure que «le Maroc se voit ainsi, offrir une opportunité d’inclure la région du Sahara dans sa demande de bénéficier de la deuxième tranche du programme Millenium Challenge Account».

– See more at: http://www.lematin.ma/express/2014/developpement-des-provinces-du-sud-_un-eurodepute-se-felicite-de-l-appui-americain/195550.html#sthash.7oRJW9kh.dpuf

Le Parlement européen adopte définitivement l’accord de pêche entre l’Union européenne et le Maroc

10 Déc

Les députés européens viennent de voter majoritairement en faveur du protocole de pêche entre l’UE et le Maroc. 310 ont voté pour, 204 contre et 49 se sont abstenus.

Le Président du groupe d’amitié UE-Maroc se félicite de l’issue favorable du vote sur l’accord de pêche entre l’UE et le Maroc. Une majorité de députés européens a voté pour le renforcement de nos relations avec le Maroc et pour l’amélioration des conditions de vie de tous les pêcheurs marocain et européens.

C’est une victoire pour le groupe d’amitié Union européenne-Maroc qui travaille depuis deux ans pour que cet accord de pêche soit à nouveau en vigueur. L’accord que nous venons d’accepter aujourd’hui est juste économiquement, socialement et environementalement, il n’y avait plus aucune raison de s’y opposer.

Il était illusoire de vouloir résoudre le problème du Sahara occidental avec le rejet de cet accord de pêche. Je rappelle que la proposition d’autonomie du Sahara occidental présentée par le Maroc aux Nations Unies en 2007 est la seule solution possible. je continue de défendre cette position et de demander à l’ONU de bien vouloir trouver une issue positive à cette situation de plus en plus difficile tant en matière sécuritaire qu’économique.

Le Maroc est le seul pays du voisinage de l’Union européenne à disposer d’un Statut Avancé. La ratification de cet accord de pêche pose une pierre de plus à la création d’une grande zone de coopération à tous les niveaux entre les deux rives de la Méditerranée. C’est un excellent signal que l’Europe envoie aujourd’hui au Maroc et à tous les efforts menés par le Royaume en faveur de la démocratie et des droits de l’homme. C’est également un très bon signal dans la perspective des négociations sur le prochain accord de libre-échange complet et approfondi entre le Maroc et l’Union européenne.