Tag Archives: provinces du sud

Hannes Swoboda, Président du groupe Socialistes&Démocrates du Parlement européen, pense que le plan d’autonomie marocain des Provinces du Sud peut mettre un terme au conflit au Sahara occidental

8 Mar
article publié par Atlas Info
 
hannes_swoboda[1]Une autonomie élargie peut constituer une solution à la question du Sahara, a affirmé, mercredi à Bruxelles, le président du Groupe de l’Alliance progressiste des Socialistes et Démocrates (S&D) au Parlement européen (PE), Hannes Swoboda.

Un plan qui offre une large autonomie et qui garantit les droits de la population locale peut-être un compromis et une solution à la question du Sahara, a indiqué le chef de file des Socialistes et Démocrates au Parlement européen, à l’issue de ses entretiens avec le ministre délégué aux Affaires étrangères et à la coopération, Youssef Amrani.

Dans une déclaration à la MAP, M. Swoboda a souligné la nécessité de parvenir à une solution à la question du Sahara par la voie de la négociation.

Le député européen, qui a insisté sur la nécessité de négocier afin de trouver une solution au plus vite à ce différend, a indiqué que le Groupe des Socialistes et Démocrates au PE compte envoyer une délégation de députés pour visiter la région du Sahara.

M. Swoboda a par ailleurs salué le processus de démocratisation et les reformes en cours au Maroc ainsi que le niveau de la coopération et des relations entre le Royaume et l’Union européenne.

Il s’est félicité, à ce propos, du lancement des négociations en vue d’un accord de libre-échange complet et approfondi (ALECA) entre le Maroc et l’UE, notant qu’il est +absolument nécessaire+ d’avoir un accord de libre-échange avec le Maroc qui sera bénéfique aux deux parties.

 
Publicités

Le groupe d’amitié UE-Maroc s’est rendu à Laâyoune dans le Sahara marocain.

5 Avr

Du 31 mars au 1er avril 2012, la délégation du groupe d’amitié UE-Maroc a quitté Rabat pour se rendre à Laâyoune dans les Provinces du Sud. Cette étape au Sahara marocain était un des objectifs clés du déplacement du groupe d’amitié.

La visite de Laâyoune et les rencontres avec les différents acteurs locaux ont permis aux eurodéputés de la délégation de réaliser trois choses : le dynamisme économique de la ville et son impressionnante évolution depuis 1975 ; l’importance de l’accord de pêche avec l’Union Européenne pour cette région et sa volonté de conclure au plus tôt un nouvel accord ; la position stratégique des Provinces du Sud comme gendarmes d’une région où Al Qaeda au Maghreb Islamique est très présent.

Le développement économique étonnant de Laâyoune

Le groupe d’amitié UE-Maroc a pu s’entretenir avec les membres du centre d’investissement de Laâyoune qui s’occupent de développer les différents secteurs de la ville : économique, culturel, sportif… Les projets réalisés et en cours étaient nombreux contrairement à l’idée préconçue que l’on peut se faire d’un Sahara marocain sous développé. Les images parlent d’elle même.

Laâyoune avant 1975

Laâyoune après 1975

L’importance de renouveler l’accord de pêche entre l’Union Européenne et le Maroc

Dans le Sahara marocain, la délégation d’eurodéputés a poursuivi son séjour par la visite de plusieurs entreprises locales, en particulier une compagnie de dessalement de l’eau et un port industriel. Les dialogues entre les parlementaires européens et les dirigeants des entreprises ont souligné les bénéfices pour l’économie locale d’un accord de pêche avec l’UE. Ces visites de terrain ont convaincu notre délégation de l’importance de rétablir cet accord de pêche qui a récemment été annulé par le Parlement européen.

Les Provinces du Sud, gendarmes du terrorisme au Sahel

À Laâyoune, la délégation s’est longuement entretenue avec les membres du conseil municipal et le Wali de la ville (l’équivalent du préfet en France). La question du Sahara occidentale a été au centre de leurs échanges. Outre le soutien du groupe d’amitié à l’autonomie des Provinces du Sud comme l’a proposé le Maroc à l’ONU, le Wali a insisté sur la position géostratégique capitale de cette région pour l’Union Européenne. Proche du Sahel et donc des groupes terroristes d’Al Qaeda au Maghreb Islamique, la région est un rempart contre les flux de terroristes qui souhaitent se rendre sur le territoire de l’UE. Exemple de l’engagement des Provinces du Sud dans la sécurisation de ses frontières : un poste de douane est placé tous les 500 mètres sur plus de 630 km le long de la frontière sud du Maroc. En somme, sécuriser les Provinces du Sud, c’est sécuriser plus efficacement les frontières de l’Union Européenne contre le terrorisme. C’est pourquoi, l’UE doit soutenir le Maroc dans son engagement contre le terrorisme au Sahel et mettre en valeur son importance dans la gestion des flux migratoire au sud de l’Europe.