Tag Archives: sahara

Le Maroc est un partenaire clé et stratégique pour l’UE : courrier à Federica Mogherini

21 Fév

courrier-mogh-page-2-20022017 courrier-mogh20022017Après les récentes évolutions juridiques entre l’UE et le Maroc, qui se sont d’ailleurs finalisées par l’annulation de l’arrêt de la Cour de Justice de l’Union européenne, j’ai voulu interpeller la Haute Représentante de l’Union pour les affaires extérieures sur la place stratégique du Maroc pour l’Union européenne.

Dans cet article, vous pourrez consulter publiquement le courrier que je lui ai addressée.

Annulation de l’arrêt du tribunal de la CJUE sur l’accord agricole UE-Maroc – reaction de Gilles Pargneaux

21 Déc

Gilles Pargneaux, député européen et Président du groupe d’amitié Union européenne-Maroc, a souhaité réagir à la décision de la Cour de Justice de l’Union européenne (CJUE) d’annuler l’arrêt remettant en cause l’accord agricole entre l’Union européenne et le Royaume du Maroc :

 

« C’est une excellente nouvelle pour l’Europe et le Maroc. Je salue cette triple victoire.

Une victoire qui va d’abord conforter les relations économiques entre l’Union européenne et le Royaume du Maroc dans le cadre de l’accord agricole. Celui-ci va permettre tant aux marocains qu’aux européens de développer leurs activités dans le domaine agricole et d’ouvrir ainsi un marché prometteur d’avenir. Cette décision juridique c’est donc du concret pour les emplois tant en Europe qu’au Maroc.

Il s’agit aussi d’une victoire qui va renforcer notre partenariat indispensable avec le Maroc. Outre le domaine essentiel de l’agriculture,  notre relation avec le Maroc c’est également la coopération sécuritaire, le développement économique et celui de l’emploi. Là aussi, nous avons besoin d’accroître notre relation dans ces domaines, ce que cette décision permettra de conforter. C’est ce qu’il faut retenir de cette décision : le partenariat euro-marocain est porteur d’avenir.

Enfin, c’est aussi une victoire politique face à ceux qui conteste la place du Sahara sous l’égide du Royaume du Maroc. La Cour refuse en effet au Polisario le droit de représenter une hypothétique entité autonome au Sahara et rappelle le droit international : c’est dans le cadre de l’ONU que les négociations pourront se faire, notamment sur la base de la proposition marocaine d’autonomie. Cette décision dès lors consolide la place de l’Europe comme facilitateur afin de permettre cette issue favorable qu’est la solution d’autonomie proposée par le Royaume du Maroc, sous l’égide de l’ONU et de son nouveau Secrétaire général Antonio Guterres.

Il s’agit maintenant de mettre fin à 40 ans de conflits et ainsi de faire en sorte que la proposition d’autonomie du Sahara au sein du Royaume du Maroc mise en avant par Sa Majesté le Roi Mohamed VI devienne une réalité et permette la réconciliation de toutes et tous.

 

Interview par le magazine 360 : le rôle du groupe d’amitié UE-Maroc

8 Avr

Echange-Maroc-UELe360: Le dossier du sahara revient, chaque mois d’avril, sur le devant de la scène internationale. Faut-il s’attendre à tes nouveautés cette année ?

Gilles Pargneaux: C’est simple. De nombreux eurodéputés et notre groupe d’amitié UE-Maroc soutiennent le plan d’autonomie. Nous voulons que les provinces du sud puissent retrouver un statut. Il s’agit de donner un statut au sahara pour sécuriser l’ensemble de la région. Les populations au sahara ne sont pas livrées à elles-mêmes comme à Tindouf. Les islamistes d’Al Qaida qui ont fui l’Algérie ont créé un mouvement mafieux dans le sud de l’Algérie et au Sahel. Le trafic d’armes et de drogue nourrit leur existence. Il est impossible de voir le polisario à la tête d’un Etat au Sahara.

Pensez-vous que le plan d’autonomie doit être mis en oeuvre, sans attendre le train de l’autre partie ?

Le dossier de la régionalisation est important. Il faut l’appliquer sans tarder. On est sur un petit volcan au Sahara et au Sahel. Nous souhaitons vivement construire l’Union du Maghreb. Sachez que cette désunion pénalise la région d’environ 1,5 point de croissance.

L’Algérie instrumentalise les droits de l’homme pour tromper l’opinion internationale

L’Algérie ne respecte pas les droits de l’homme. Elle doit impérativement améliorer sa situation en la matière. On aimerait une évolution démocratique dans ce pays. Regardez ce qui se passe pour l’élection présidentielle. Abdelaziz Bouteflika est un candidat fantôme qu’on voit partout, notamment sur les affiches publicitaires.

Le Maroc a-t-il progressé au niveau démocratique ?

Le Maroc fait d’énormes progrès. La constitution est démocratique. Le roi initie les réformes. Au Maghreb, le Maroc est un exemple, la Tunisie est sur le bon chemin et l’Algérie est recroquevillée sur elle-même. Je souhaite que le président français soit de plus en plus explicatif sur l’Algérie.

Quel est l’avenir du partenariat Europe-Maroc?

L’Europe est optimiste et veut faire du partenariat avec le Maroc un modèle. Le Maroc s’est engagé dans un partenariat stratégique avec le continent noir. Nous voulons passer à une vitesse supérieure. L’Europe n’a pas de choix, sinon elle va céder la place à des concurrents à l’image de la Chine, l’Inde et l’Amérique du sud.

La situation des droits de l’homme dans les camps de Tindouf

26 Mar

Le groupe d’amitié UE-Maroc a reçu le 25 mars 2014 l’Observatoire d’Etudes Géopolitiques et le professeur El Ouali pour qu’ils puissent présenter leurs études sur la situation des camps de Tindouf en matière de droits de l’homme.

Ancien haut fonctionnaire du Haut Commissariat des Nations Unies aux Réfugiés, le professeur El Ouali a analysé les lacunes de la protection des droits de l’homme dans les camps de Tindouf et l’incohérence de l’action des Nations Unies en ce domaine. Vous trouverez l’ensemble de leurs analyses en cliquant sur le lien ci-dessous :

Situation des droits humains à Tindouf et Sahara marocain APLF mars 2014 (2)

Bonne lecture

Deux jeunes sahraouis assassinés – la diplomatie européenne interpellée par G. Pargneaux

4 Mar

Retrouvez l’interview de Gilles Pargneaux, Président du groupe d’amitié Union européenne-Maroc, sur l’assassinat de deux jeunes sarhaouis en cliquant sur le lien suivant : http://www.medi1tv.com/fr/l-ue-interpel%C3%A9e-au-sujet-de-l-assassinat-des-deux-sahraouis-%C3%A0-tindouf-maroc-infos-22771

 

Article dans le matin : Un eurodéputé se félicite de l’appui américain

24 Jan

Gilles Pargneaux se félicite de l’appui américain au développement des provinces du Sud. Le Maroc se voit ainsi, offrir une opportunité d’inclure la région du Sahara dans sa demande de bénéficier de la deuxième tranche du programme MCA.

Le président du Groupe d’amitié Maroc-UE au Parlement européen, Gilles Pargneaux, s’est félicité de l’adoption par le Congrès américain de la loi de Finances 2014 qui prévoit pour la première fois des fonds pour le financement de projets de développement dans les provinces du sud du Royaume.

«Je me réjouis du fait que le Président américain Barack Obama ait signé le document portant promulgation de la loi de finances au titre de l’année 2014 et qui prévoit une aide pour le financement de projets de développement dans les provinces du sud du Maroc», a affirmé, jeudi, Pargneaux dans un communiqué.

En adoptant cette loi de finances, le Congrès américain concrétise un engagement pris par S.M. le Roi Mohammed VI et le Président Barack Obama qui ont convenu lors de leur rencontre le 22 novembre dernier à Washington, d’œuvrer à l’amélioration des conditions de vie des populations des provinces du Sud du Maroc et à travailler ensemble pour poursuivre la protection et la promotion des droits de l’Homme dans la région, a ajouté l’eurodéputé socialiste français.

Pargneaux a fait observer que l’actuelle loi de finances exprime ainsi un soutien significatif clair de la part de l’Administration américaine vis-à-vis du plan marocain d’autonomie au Sahara, sous souveraineté marocaine, que Washington avait déjà qualifié de ‘sérieux, réaliste et crédible».

Et de conclure que «le Maroc se voit ainsi, offrir une opportunité d’inclure la région du Sahara dans sa demande de bénéficier de la deuxième tranche du programme Millenium Challenge Account».

– See more at: http://www.lematin.ma/express/2014/developpement-des-provinces-du-sud-_un-eurodepute-se-felicite-de-l-appui-americain/195550.html#sthash.7oRJW9kh.dpuf

Obama autorise des aides américaines au Sahara occidental

23 Jan

Gilles Pargneaux, Président du Groupe d’Amitié UE-Maroc, se félicite de l’initiative du Président américain M.Obama qui va permettre au Sahara occidental de pouvoir bénéficier des aides américaines.

En effet et pour la première fois, l’aide accordée par Washington à Rabat servira également au financement de projets menés par le gouvernement marocain au Sahara occidental.

Gilles Pargneaux se réjouit que le Président américain Barack Obama a signé, vendredi passé à Washington, le document portant promulgation de la loi de finances au titre de l’année 2014, qui prévoit une aide pour le financement de projets de développement dans les provinces du sud du Maroc.

L’actuelle loi de finances exprime aussi un soutien significatif clair de la part de l’Administration américaine vis-à-vis du plan marocain d’autonomie au Sahara, sous souveraineté marocaine, que Washington avait déjà qualifié de « sérieux, réaliste et crédible ».

C’est l’USAID qui devrait chapeauter les fonds destinés à cette province. Le Maroc se voit ainsi, offrir une opportunité d’inclure cette région dans sa demande de bénéficier de la deuxième tranche du programme  » Millenium Challenge Account ».

Sans aller jusqu’à interpréter cette décision comme une reconnaissance officieuse par les Etats-Unis de la souveraineté marocaine sur le territoire, objet du conflit entre le royaume et le Polisario, il convient de signaler qu’elle concrétise un engagement pris par le roi Mohammed VI et le président Barack Obama.

En effet, lors de leur rencontre du 22 novembre dernier à Washington, ils ont convenu d’oeuvrer « à l’amélioration des conditions de vie des populations du Sahara et à travailler ensemble pour poursuivre la protection et la promotion des Droits de l’Homme dans la région », selon le communiqué final publié à l’issue des entretiens entre les deux hommes à la Maison blanche.

Débat sur l’accord de pêche UE-Maroc aujourd’hui au Parlement européen

4 Nov

Les députés européens membres de la commission Pêche du Parlement européen se sont réunis aujourd’hui, lundi 4 novembre 2013, pour examiner le rapport de la député espagnol Carmen Fraga Estevez sur le futur protocole de pêche entre l’UE et le Maroc. Le 14 décembre 2011, une majorité des députés européens avait décidé de ne pas poursuivre le partenariat entre les deux rives de la méditerranée dans le domaine de la pêche car ceux-ci ne jugeaient pas légitime l’inclusion du Sahara dans le champ d’application de cette politique.

Deux ans plus tard, nous revoilà en train de négocier cet accord et nous entendons encore trop souvent les mêmes arguments anti-maroc qui n’ont pas évolués. Pourtant, on ne peut que constater l’effort consenti par le Maroc pour modifier les termes de cet accord de pêche : la contrepartie financière européenne est en diminution car elle passe de 36,1 millions à 30 millions d’euros, soit une réduction de 17%, une clause de respect des droits de l’homme est inclus dans les modalités de suspension du protocole, un contrôle accru des retombées économiques de l’accord sur les populations locales est prévu… Au final, il est paradoxal que certains députés appellent encore au rejet de l’accord de pêche au nom de la défense des sahraouis alors que ces mêmes populations locales seront dans l’incapacitié de bénéficier de la moindre retombée économique si le Parlement européen refuse que les bâteaux d’Europe pêchent au Maroc et emploie, obligatoirement, des pêcheurs marocains.

Une fois de plus le groupe d’amitié UE-Maroc le répète : le Maroc est une vitrine démocratique dans le monde arabe. Le royaume, grâce au Statut avancé qui le lie avec l’Europe et à l’accord de libre échange complet et approfondie qui est en train d’être négocié, à vocation à s’intégrer toujours plus dans une grande zone économique, sociale et démocratique avec l’Union européenne. Ne gâchons pas une opportunité d’apporter une nouvelle pierre à cet édifice qui doit permettre à l’Europe et aux pays du Maghreb dans leur ensemble de former une grande région d’influence économique et culturelle à même survivre dans la mondialisation.

Retour sur le rapport du Parlement européen sur la situation des droits de l’homme au Maroc – 24 octobre 2013

24 Oct

Après le vote du rapport d’initiative de Charles Tannock sur la situation des droits de l’homme au Sahel, Gilles Pargneaux a tenu à revenir sur l’issue de ce vote et ses conséquences politiques à minimiser.

« Le Parlement européen a adopté mardi 22 octobre un rapport d’initiative sur la situation des droits de l’homme au Sahel. Notons tout d’abord qu’il s’agit d’une prise de position du Parlement et aucunement d’un texte qui a une valeur législative. Avoir ceci en tête doit nous permettre de tempérer les conséquences politiques de ce texte » souligne Gilles Pargneaux.

« Malgré des débats difficiles et une attention sur le Sahara occidental inopportune et hors contexte, ce texte n’a rien d’un réquisitoire contre le Maroc, chose qu’il aurait pu être sans la vigilance des députés du groupe d’amitié Union européenne-Maroc » précise l’eurodéputé.

« Grâce à nos efforts, un amendement appelant au rejet du futur accord de pêche n’a pas été adopté puis les références à des « territoires occupés par le Maroc » et à l’autodétermination ont été retirés du texte. De même, les amendements au texte que nous avons déposés, et qui ont été adoptés, ont permis de souligner la pauvreté dans les camps de Tindouf, l’imbroglio existant autour de l’aide européenne pour les population des camps dont on ne sait jamais si elle bénéficie réellement à ceux qui en ont besoin et aussi de demander que l’Algérie joue pleinement son rôle en réalisant un recensement à Tindouf, recensement qu’elle est tenue de mener à bien selon le droit international mais que nous attendons depuis trop d’années » ajoute le Président du groupe d’amitié UE-Maroc.

Et le député européen de poursuivre : « Si le rapport adopté par le Parlement européen est globalement équilibré, beaucoup de députés se sont une fois de plus distingués par leur hostilité aveugle à l’encontre du Royaume du Maroc. Je le redis une fois de plus, le Maroc est l’un des seuls pays à avoir mené une vraie politique de développement dans sa région sahélo-saharienne, à y avoir développé un État de droit respectable, efforts qui ont permis d’endiguer la montée du terrorisme dans cette région. La bonne relation euro-marocaine est indispensable pour l’avenir commun des deux rives de la Méditerranée, ne le gâchons pas avec des positions politiciennes surannées. »

« Pour rappel, dans le cadre de la politique européenne de voisinage, le seul pays à bénéficier d’un futur accord de libre-échange complet et approfondie est le royaume du Maroc. Le Maroc est de même le premier bénéficiaire financier de cette politique avec 580 millions d’euros sur la période 2011-2013 et aussi le premier bénéficiaire des prêts de la Banque Européenne d’Investissement qui s’élèvent à près d’1 milliards d’euros en 2012 » conclut Gilles Pargneaux.

Le groupe d’amitié UE-Maroc s’est rendu à Laâyoune dans le Sahara marocain.

5 Avr

Du 31 mars au 1er avril 2012, la délégation du groupe d’amitié UE-Maroc a quitté Rabat pour se rendre à Laâyoune dans les Provinces du Sud. Cette étape au Sahara marocain était un des objectifs clés du déplacement du groupe d’amitié.

La visite de Laâyoune et les rencontres avec les différents acteurs locaux ont permis aux eurodéputés de la délégation de réaliser trois choses : le dynamisme économique de la ville et son impressionnante évolution depuis 1975 ; l’importance de l’accord de pêche avec l’Union Européenne pour cette région et sa volonté de conclure au plus tôt un nouvel accord ; la position stratégique des Provinces du Sud comme gendarmes d’une région où Al Qaeda au Maghreb Islamique est très présent.

Le développement économique étonnant de Laâyoune

Le groupe d’amitié UE-Maroc a pu s’entretenir avec les membres du centre d’investissement de Laâyoune qui s’occupent de développer les différents secteurs de la ville : économique, culturel, sportif… Les projets réalisés et en cours étaient nombreux contrairement à l’idée préconçue que l’on peut se faire d’un Sahara marocain sous développé. Les images parlent d’elle même.

Laâyoune avant 1975

Laâyoune après 1975

L’importance de renouveler l’accord de pêche entre l’Union Européenne et le Maroc

Dans le Sahara marocain, la délégation d’eurodéputés a poursuivi son séjour par la visite de plusieurs entreprises locales, en particulier une compagnie de dessalement de l’eau et un port industriel. Les dialogues entre les parlementaires européens et les dirigeants des entreprises ont souligné les bénéfices pour l’économie locale d’un accord de pêche avec l’UE. Ces visites de terrain ont convaincu notre délégation de l’importance de rétablir cet accord de pêche qui a récemment été annulé par le Parlement européen.

Les Provinces du Sud, gendarmes du terrorisme au Sahel

À Laâyoune, la délégation s’est longuement entretenue avec les membres du conseil municipal et le Wali de la ville (l’équivalent du préfet en France). La question du Sahara occidentale a été au centre de leurs échanges. Outre le soutien du groupe d’amitié à l’autonomie des Provinces du Sud comme l’a proposé le Maroc à l’ONU, le Wali a insisté sur la position géostratégique capitale de cette région pour l’Union Européenne. Proche du Sahel et donc des groupes terroristes d’Al Qaeda au Maghreb Islamique, la région est un rempart contre les flux de terroristes qui souhaitent se rendre sur le territoire de l’UE. Exemple de l’engagement des Provinces du Sud dans la sécurisation de ses frontières : un poste de douane est placé tous les 500 mètres sur plus de 630 km le long de la frontière sud du Maroc. En somme, sécuriser les Provinces du Sud, c’est sécuriser plus efficacement les frontières de l’Union Européenne contre le terrorisme. C’est pourquoi, l’UE doit soutenir le Maroc dans son engagement contre le terrorisme au Sahel et mettre en valeur son importance dans la gestion des flux migratoire au sud de l’Europe.