Tag Archives: sahel

Adoption du rapport sur les droits de l’homme au Sahel – Communiqué de Gilles Pargneaux

22 Oct

Le Parlement européen vient d’adopter aujourd’hui le rapport d’initiative sur la situation des droits de l’homme au Sahel rédigé par le député conservateur anglais Charles Tannock. Gilles Pargneaux, député européen socialiste et Président du groupe d’amitié Union européenne-Maroc a souhaité revenir sur l’issue de ce vote.

« La thématique des droits de l’homme est l’un des combats historiques du Parlement européen et de l’Union européenne. Je regrette cependant que sous couvert de l’examen de la situation des droits de l’homme au Sahel, le Maroc soit une nouvelle fois pointé négativement du doigt par le Parlement européen » déplore Gilles Pargneaux.

« N’oublions pas que le Maroc est l’un des seuls pays à avoir mené une vraie politique de développement dans sa région sahélo-saharienne, à y avoir développé un État de droit respectable, efforts qui ont permis d’endiguer la montée du terrorisme dans cette région. L’ensemble de la communauté internationale accuse la défaite de l’État de droit comme étant le vecteur du terrorisme et malgré tout, certains députés européens ferment les yeux sur ce qu’a accompli le royaume du Maroc » poursuit le Président du groupe d’amitié UE-Maroc.

« Je me réjouis que les députés européens aient soutenu un texte équilibré et qui fait l’économie des questions les plus problématiques, notamment avec le rejet d’un amendement invitant au rejet de l’accord de pêche UE-Maroc » constate Gilles Pargneaux.

Et Gilles Pargneaux de remarquer : « Les Nations Unies déclarent depuis 2001 qu’une solution politique sur la question du Sahara occidental est la seule envisageable et concrètement réalisable. Je pense qu’il est temps que le Parlement européen travail sur la base des résolutions onusiennes pour tenter d’apporter sa contribution à un conflit qui n’a que trop duré et qui ne trouvera de solution qu’au niveau de l’ONU« .

« Le Parlement européen ne doit pas voir ses partenaires avec des yeux d’idéologues mais au contraire renforcer ses relations avec ceux qui font le plus d’efforts en faveur de la démocratie. C’est pourquoi notre relation avec le Maroc doit être équilibrée et privilégiée au moment où le monde arabe devient de plus en plus instable » conclut l’eurodéputé socialiste et Président du groupe d’amitié UE-Maroc.

 

Publicités

Le Maroc, acteur clé en matière de sécurité pour l’UE

8 Juil

Notre groupe l’a déjà affirmé à plusieurs reprises, notamment sur ce site : le Maroc doit être un des partenaires clés de l’UE dans la gestion de la sécurité au Sahel. Compte tenu de son interdépendance avec l’Afrique du Nord, cette région du Sud du Maroc est la frontière de l’extrême sud de l’Europe. A travers sa position géographique et sa relation de longue date avec l’UE , le Maroc apparaît comme un trait d’union entre le Nord et le Sud de cette aire géographique, ce qui fait du Royaume un interlocuteur de choix pour l’UE avec les pays du Sahel.

Etant donné l’implication en termes économiques, mais aussi en termes de développement d’infrastructures et de politiques publiques, le Maroc est l’un des pays qui s’est le mieux occupé de sa frontière sud, empêchant l’émergence d’un Etat de non droit dont nous avons récemment constaté les conséquences désastreuses au Mali. Le Maroc a ainsi acquéris un important capital de confiance et de légitimité sur cette scène régionale qui permettrait une coopération efficace dans la gestion sécuritaire. L’UE n’a pas manqué de reconnaître cette qualité au royaume chérifien ; le représentant spécial européen dans la région a ainsi assuré que l’Europe était prête à collaborer plus étroitement avec le Maroc dans cette démarche.

L’Union européenne voit dans le Maroc un partenaire pour promouvoir une approche globale dans cette région qu’il s’agisse des domaines de la justice, de la police, du contrôle des frontières et surtout de la cohérence de l’action entre les états. L’UE est en effet encline à développer toute forme de coopération régionale de l’Union du Maghreb Arabe dans la région sahélienne, seule réponse durable aux problématiques du Sahel. Le groupe d’amitié UE-Maroc, qui défend l’UMA et ses effets bénéfiques pour la coopération sécuritaire, se réjouit donc des dernières déclarations de la Commission européenne en la matière.

31 janvier – 4 février : Voyage d’étude du groupe d’amitié Union européenne – Maroc

23 Jan

Du 31 janvier au 4 février une délégation d’eurodéputé issue du groupe d’amitié UE-Maroc se rend sur le territoire marocain pour y réaliser un voyage d’étude. L’ambition de ce déplacement est de pouvoir aborder en profondeur les dossiers principaux qui vont occuper l’actualité euro-marocaine dans les mois à venir : situation sécuritaire au Sahel et au Mali, accord de pêche UE-Maroc, solution au différend sur le sahara marocain…

La délégation présidée par Gilles Pargneaux (S&D) est composée de Gaston Franco (PPE), Constance Le Grip (PPE), Anémie Neyts (ALDE), Jean Roatta (PPE), Marie-Thérèse Sanchez-Schmid (PPE) et Karim Zeribi (EELV) rencontrera un nombre conséquent de personnalités politiques et associatives marocaines :

  • Dr Mohamed CHEIKH BIADILLAH, Président de la Chambre des Conseillers;
  • M. Karim GHELLAB, Président de la Chambre des  Représentants; 
  • M. Abdelilah BENKIRANE, Chef du Gouvernement ; 
  • La Commission Parlementaire Mixte UE- Maroc ;  
  •  M. Taïb FASSI FIHRI, Conseiller de Sa Majesté le Roi ;
  • M. Omar AZZIMAN, Conseiller de Sa Majesté le Roi, Président de la Commission Consultative pour la Régionalisation (CCR) ; 
  • M. Saad-Eddine EL OTHMANI, Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération ; 
  • M. Driss ELYAZAMI, Président du Centre National des Droits de l’Homme ; 
  • M.  El Mostafa RAMID, Ministre de la Justice et des Libertés ; 
  • M. Mohand  LAENSER, Ministre de  l’Intérieur ; 
  • M. Aziz AKHANNOUCH, Ministre de l’Agriculture et de la Pêche Maritime ;
  • M. Hamid CHABAT, Secrétaire Général du PI; 
  • M. Mustapha BAKKOURY, Secrétaire Général du PAM; 
  • M. Salaheddine MEZOUAR, Président du RNI ; 
  • M. Driss LACHGAR, Premier Secrétaire de l’USFP ;                         
  • le Wali de la Région Oued Eddahab Lagouira,  M. Hamid CHABBAR et les Elus de la Région
  • l’Ambassadeur de France à Rabat, M. Charles FRIES
  • l’Ambassadeur, Chef de la Délégation de l’Union Européenne à Rabat, M. Eneko LANDABURO
  • Mme Amina BOUAYACH, Vice-présidente de la Fédération Internationale des Droits de l’Homme

Outre les rencontres à Rabat, la délégation va aussi se rendre dans la ville de Dakhla dans les Provinces du Sud afin d’évaluer la situation économique, sociale et humanitaire du Sahara marocain.

Catherine Ashton en Visite à Rabat

8 Nov

Ce lundi 5 novembre 2012, la Haute Représentante de l’UE pour les Affaires Etrangères, Catherine Ashton, s’est rendue à Rabat pour aborder avec ses homologues marocains les défis et l’avenir de la relation euro-marocaine. Elle s’est ainsi entretenue avec Abdelilah Benkirane, Chef du Gouvernement marocain, et Saaeddine El Othmani, Ministre des Affaires Etrangères marocain.

Madame Ashton a particulièrement souligné trois points lors de ses entretiens avec les deux hommes politiques marocains :

 

  • La qualité de la relation bilatérale entre l’Union européenne et le Maroc ;
  • Le rôle significatif du Maroc dans la résolution du conflit syrien ;
  • L’importance de la coopération avec le royaume chérifien pour résoudre la crise terroriste au Sahel.

La chef de la diplomatie européenne a profité de sa première visite au Maroc pour se féliciter de l’excellence des relations entre Rabat et l’UE et a salué les nombreuses et profondes réformes qui ont été entreprises  jusqu’à aujourd’hui par les autorités marocaines. Mme Ashton a tenu à préciser qu’une relation si approfondie est le fruit d’un travail difficile et de longue haleine entre l’UE et le Maroc et que le Statut avancé octroyé au Maroc reflète la qualité de ce partenariat et une opportunité pour l’avenir.

La Haute Représentante a ensuite discuté du dossier syrien avec les autorités marocaines. Pour Mme Ashton la crise syrienne doit trouver sa solution à New York au sein de l’ONU. Dans cette optique le Maroc est un relai de la plus haute importance qui permet d’entretenir un dialogue continu et constructif sur cette situation terrible qui dure depuis bien trop longtemps en Syrie. Aborder ce sujet avec le Maroc est le signe que le Service d’Action Extérieur Européen reconnait l’importance cruciale du Royaume dans ce domaine.

Le dernier sujet des discussions euro-marocaines de lundi dernier a concerné le Sahel. Depuis le coup d’Etat au Mali et la prise de pouvoir d’Al Qaeda au Maghreb Islamique dans le nord Mali et la région sahélienne, les autorités européennes sont de plus en plus inquiètes face à la possible création d’une poche de terrorisme durable à ses portes. Une fois de plus, l’UE reconnait dans le Maroc un interlocuteur pertinent et une partie prenante évidente pour résoudre cette situation, d’abord par sa proximité géographique, ensuite par son expertise dans le domaine et enfin par ses liens historiques avec les pays de la région. On ne peut que constater que Mme Ashton voit dans le Maroc un gendarme pour l’Europe ainsi qu’un allié de poids pour pacifier et sécuriser le Sahel.

Un ancien Président de la Commission européenne nommé Envoyé spécial de l’ONU au Sahel

11 Oct

Romano PRODI, ancien Président du Conseil Italien et ancien Président de la Commission européenne, a été nommé envoyé spécial pour le Sahel par BAN Ki-Moon, le 9 octobre 2012.

L’ONU semble enfin donner aux troubles dans le nord du Mali toute son attention. Les deux tiers du pays sont en effet occupés par des groupes islamistes depuis six mois, et l’instabilité menace toute la région.

Romano Prodi aura comme tâche centrale de trouver une solution à la crise, entre le dialogue, que certains croient encore possible, et une intervention militaire que d’autres appellent de leurs vœux.

Herman VON ROMPUY et Catherine ASHTON, les têtes de la diplomatie de l’UE ont salué cette nomination et exprimé leur volonté de travailler en étroite collaboration avec M. PRODI. L’Union européenne compte ainsi continuer d’appliquer et d’affirmer sa stratégie de sécurité et de développement pour le Sahel en cohérence avec les dernières actions onusiennes.