Tag Archives: union européenne

Annulation de l’arrêt du tribunal de la CJUE sur l’accord agricole UE-Maroc – reaction de Gilles Pargneaux

21 Déc

Gilles Pargneaux, député européen et Président du groupe d’amitié Union européenne-Maroc, a souhaité réagir à la décision de la Cour de Justice de l’Union européenne (CJUE) d’annuler l’arrêt remettant en cause l’accord agricole entre l’Union européenne et le Royaume du Maroc :

 

« C’est une excellente nouvelle pour l’Europe et le Maroc. Je salue cette triple victoire.

Une victoire qui va d’abord conforter les relations économiques entre l’Union européenne et le Royaume du Maroc dans le cadre de l’accord agricole. Celui-ci va permettre tant aux marocains qu’aux européens de développer leurs activités dans le domaine agricole et d’ouvrir ainsi un marché prometteur d’avenir. Cette décision juridique c’est donc du concret pour les emplois tant en Europe qu’au Maroc.

Il s’agit aussi d’une victoire qui va renforcer notre partenariat indispensable avec le Maroc. Outre le domaine essentiel de l’agriculture,  notre relation avec le Maroc c’est également la coopération sécuritaire, le développement économique et celui de l’emploi. Là aussi, nous avons besoin d’accroître notre relation dans ces domaines, ce que cette décision permettra de conforter. C’est ce qu’il faut retenir de cette décision : le partenariat euro-marocain est porteur d’avenir.

Enfin, c’est aussi une victoire politique face à ceux qui conteste la place du Sahara sous l’égide du Royaume du Maroc. La Cour refuse en effet au Polisario le droit de représenter une hypothétique entité autonome au Sahara et rappelle le droit international : c’est dans le cadre de l’ONU que les négociations pourront se faire, notamment sur la base de la proposition marocaine d’autonomie. Cette décision dès lors consolide la place de l’Europe comme facilitateur afin de permettre cette issue favorable qu’est la solution d’autonomie proposée par le Royaume du Maroc, sous l’égide de l’ONU et de son nouveau Secrétaire général Antonio Guterres.

Il s’agit maintenant de mettre fin à 40 ans de conflits et ainsi de faire en sorte que la proposition d’autonomie du Sahara au sein du Royaume du Maroc mise en avant par Sa Majesté le Roi Mohamed VI devienne une réalité et permette la réconciliation de toutes et tous.

 

Publicités

Réaction de G. Pargneaux aux conclusions de l’avocat général sur l’accord agricole UE-Maroc

13 Sep

L’avocat général de la Cour de Justice de l’Union européenne (CJUE) a aujourd’hui rendu ses conclusions sur l’arrêt de la CJUE relatif à l’accord agricole UE-Maroc. Gilles PARGNEAUX, député européen, a souhaité réagir :

« Les conclusions de l’avocat général sont claires et nettes : l’arrêt de la Cour de Justice doit être rejeté. La plainte du Polisario est irrecevable. C’est la principale information qu’il faut retenir des conclusions de M. Melchior Watelet.

L’irrecevabilité estimée par l’avocat général est une bonne nouvelle : le Front Polisario est loin d’être l’unique représentant du peuple sahraoui.

Désormais, la décision finale appartient aux 18 juges de la Cour qui se réuniront dans les deux prochains mois.

Il est temps de mettre une fin à cette affaire qui empoisonne nos relations avec un partenaire majeur comme le Maroc. Coopération sécuritaire, partage de renseignements, partenariat pour le développement économique, coopération énergétique, lutte contre le changement climatique, voilà les thématiques qui devraient bien plus être au cœur de notre projet commun pour l’Europe avec le Royaume du Maroc. »

 

Mission parlementaire européenne au Maroc

30 Sep

Après la reconstitution du groupe d’amitié UE-Maroc, c’est maintenant au tour du travail de terrain de reprendre.

J’ai ainsi pris l’initiative, en partenariat avec le Dr Mohamed Cheikh Biadillah, d’organiser une mission parlementaire européenne au Maroc. Plusieurs députés européens ont déjà manifesté leur intérêt pour une telle mission, ce dont je me félicite. Il est important que, dès la reprise du nouveau Parlement européen, la problématique des relations euro-marocaines soit prise à bras le corps. Ce voyage sera l’occasion pour notre délégation d’avoir une image très concrète de la réalité politique et social du Royaume du Maroc mais aussi d’aborder les grands sujets euro-marocains, le traité de libre échange approfondie notamment. Des échanges riches et intéressants sont en perspective.

Notre délégation se rendra donc à Rabat du 27 au 30 octobre prochain.

Réunion constitutive du groupe d’amitié UE-Maroc

18 Juil

Gilles Pargneaux a réuni le groupe d’amitié UE-Maroc pour la première fois depuis les élections européennes du 25 mai 2014.

Cette réunion a été l’occasion de former un nouveau bureau et de présenter les ambitions et la philosophie du groupe d’amitié UE-Maroc aux nouveaux députés européens.

Pour rappel, le groupe d’amitié UE-Maroc a été créé le 22 juin 2011 à l’initiative de Gilles Pargneaux. Ce groupe est né de la prise de conscience de la spécificité du Maroc.

Dans le tumulte des révolutions arabes, le Maroc a en effet mené une révolution tranquille, une révolution constitutionnelle à l’initiative du roi Mohamed VI en mars 2011. Il faut bien avoir en tête l’intérêt de l’initiative royale qui a permis de répondre rapidement aux préoccupations de la population.

La nouvelle Constitution renforce ainsi le pouvoir du Parlement, a permis de nommer le premier ministre en fonction des élections législatives, prévoie une très large décentralisation avec le processus de régionalisation avancée… Bref, une constitution moderne et démocratique.

Cette constitution est le fruit d’un processus plus long de transition démocratique au Maroc. Cela n’a d’ailleurs pas échappé à l’Europe qui a accordé un Statut avancé au Royaume du Maroc dès 2008.

Pourtant, trop souvent nos relations européennes avec le Maroc sont souvent gênées par le conflit du Sahara occidental. Ce conflit occulte malheureusement les avancées démocratiques marocaines.

Gilles Pargneaux a donc décidé de créer ce forum d’échange, de rencontre entre hommes politiques et représentants associatifs européens et marocains pour faciliter la connaissance mutuelle et fluidifier nos relations.

La commission Pêche donne son feu vert à l’accord de pêche avec le Maroc.

27 Nov

La commission Pêche du Parlement européen vient de donner son accord de pêche entre l’Union européenne et le Maroc. 13 députés ont voté pour, 8 contre et 2 se sont abstenus. Gilles PARGNEAUX, député européen socialiste et Président du groupe d’amitié Union européenne-Maroc, revient sur l’issue de ce vote.

« Je tiens d’abord à saluer le vote des députés de la commission Pêche. Après le rejet par le Parlement européen du précédent protocole de pêche avec le Maroc le 14 décembre 2011, il était important d’envoyer un signal positif à notre partenaire marocain » déclare Gilles PARGNEAUX.

« C’est le fruit d’un long travail de persuasion que nous avons mené au sein du Parlement européen qui a notamment permis l’évolution de la position du groupe socialiste européen. Je me félicite particulièrement de cette avancée » note l’eurodéputé socialiste.

« Les services juridiques du Parlement européen ont affirmé la légalité d’un tel accord à la lumière du droit international et de nombreuses avancées sur les termes du protocole ont été réalisées entre les deux parties, je ne voyais donc, pour ma part, aucune raison sérieuse pour continuer à rejeter cet accord » selon le Président du groupe d’amitié Union européenne-Maroc.

« Il est paradoxal que certains députés appellent encore au rejet de l’accord de pêche au nom de la défense des sahraouis alors que ces mêmes populations locales seront dans l’incapacité de bénéficier de la moindre retombée économique si le Parlement européen refuse que les bateaux d’Europe pêchent au Maroc et emploie, obligatoirement, des pêcheurs marocains » poursuit Gilles PARGNEAUX.

« L’ensemble des députés européens devront désormais voter ce texte lors de la session plénière de décembre prochain. Ne gâchons pas une opportunité d’apporter une nouvelle pierre à l’édifice qui doit permettre à l’Europe et au Maroc d’apporter une nouvelle pierre à la construction du Statut avancé, statut unique en son genre dans le monde arabe  » conclut le député européen socialiste.

Négociations entre l’UE et le Maroc pour assouplir la délivrance des visas

7 Oct

visa-europeLa Commission européenne a proposé le 4 octobre l’ouverture de négociations entre l’UE et le Maroc sur la conclusion d’un accord destiné à assouplir les procédures de délivrance des visas de court séjour.

Discuté depuis mars 2013 et signé en juin dernier, le partenariat pour la mobilité entre les deux parties est actuellement mis en oeuvre. La Commission propose désormais d’entamer des négociations sur les visas, phase complémentaire de la notion de mobilité que l’UE veut partager avec le Royaume du Maroc. Dans ce que propose la Commission européenne, une partie des mesures d’assouplissements sont généralisées à tous les demandeurs, tandis que d’autres ne profiteront qu’à certaines catégories de personnes, notamment les étudiants, les chercheurs et les hommes et femmes d’affaires.

Le Maroc fait un pas de plus vers un véritable partenariat de mobilité moderne avec l’Union européenne. LeRoyaume est le septième pays qui obtient le plus de visas Schengen depuis 2012, avec 322 094 visas délivrés cette année.

Le groupe d’amitié UE-Maroc s’est rendu à Laâyoune dans le Sahara marocain.

5 Avr

Du 31 mars au 1er avril 2012, la délégation du groupe d’amitié UE-Maroc a quitté Rabat pour se rendre à Laâyoune dans les Provinces du Sud. Cette étape au Sahara marocain était un des objectifs clés du déplacement du groupe d’amitié.

La visite de Laâyoune et les rencontres avec les différents acteurs locaux ont permis aux eurodéputés de la délégation de réaliser trois choses : le dynamisme économique de la ville et son impressionnante évolution depuis 1975 ; l’importance de l’accord de pêche avec l’Union Européenne pour cette région et sa volonté de conclure au plus tôt un nouvel accord ; la position stratégique des Provinces du Sud comme gendarmes d’une région où Al Qaeda au Maghreb Islamique est très présent.

Le développement économique étonnant de Laâyoune

Le groupe d’amitié UE-Maroc a pu s’entretenir avec les membres du centre d’investissement de Laâyoune qui s’occupent de développer les différents secteurs de la ville : économique, culturel, sportif… Les projets réalisés et en cours étaient nombreux contrairement à l’idée préconçue que l’on peut se faire d’un Sahara marocain sous développé. Les images parlent d’elle même.

Laâyoune avant 1975

Laâyoune après 1975

L’importance de renouveler l’accord de pêche entre l’Union Européenne et le Maroc

Dans le Sahara marocain, la délégation d’eurodéputés a poursuivi son séjour par la visite de plusieurs entreprises locales, en particulier une compagnie de dessalement de l’eau et un port industriel. Les dialogues entre les parlementaires européens et les dirigeants des entreprises ont souligné les bénéfices pour l’économie locale d’un accord de pêche avec l’UE. Ces visites de terrain ont convaincu notre délégation de l’importance de rétablir cet accord de pêche qui a récemment été annulé par le Parlement européen.

Les Provinces du Sud, gendarmes du terrorisme au Sahel

À Laâyoune, la délégation s’est longuement entretenue avec les membres du conseil municipal et le Wali de la ville (l’équivalent du préfet en France). La question du Sahara occidentale a été au centre de leurs échanges. Outre le soutien du groupe d’amitié à l’autonomie des Provinces du Sud comme l’a proposé le Maroc à l’ONU, le Wali a insisté sur la position géostratégique capitale de cette région pour l’Union Européenne. Proche du Sahel et donc des groupes terroristes d’Al Qaeda au Maghreb Islamique, la région est un rempart contre les flux de terroristes qui souhaitent se rendre sur le territoire de l’UE. Exemple de l’engagement des Provinces du Sud dans la sécurisation de ses frontières : un poste de douane est placé tous les 500 mètres sur plus de 630 km le long de la frontière sud du Maroc. En somme, sécuriser les Provinces du Sud, c’est sécuriser plus efficacement les frontières de l’Union Européenne contre le terrorisme. C’est pourquoi, l’UE doit soutenir le Maroc dans son engagement contre le terrorisme au Sahel et mettre en valeur son importance dans la gestion des flux migratoire au sud de l’Europe.